Parmi la horde de tou-te-s ces infâmes contrôleurs-ses qui souvent même avec fierté et un endossement gerbant d’une bien médiocre autorité chassent le pauvre, le fraudeur, le sans papier entre les wagons des trains-trains, il m’est arrivé un beau jour de croiser un bien étrange spécimen.

Un uniforme gris comme les autres au centre duquel se dessinait un sourire inhabituel : pas celui qui se transforme en jaunisse ou en grimace lorsqu’on ne lui montre pas patte payée.

L’urluberlu qui ne fit pas j’en suis certain longue carrière dans ce boulot, passait de voitures en voitures à la vitesse de celui qu’y a autre chose à faire en chantant presque sa question : « Abonnement ? … Abonnement ? … Abonnement ? »…

Et sans attendre aucune réponse, poursuivait sa démonstration que son taf n’était qu’un gagne-pain dont il n’allait certainement pas se faire un devoir…