Une étudiante travaille dans un Colruyt, chaîne de supermarché belge.

Dans un premier temps, quand elle se trouve aux caisses, elle file la main à ses copines- copains, et passe des articles sans les scanner.

Petit à petit elle se prend au jeu, et se dit que ce qu’elle peut faire pour ses potes, elle peut bien le faire pour tous les autres qui galèrent à payer.

Alors zou, elle passe une boîte de lait et oublie la multiplication par douze, ferme les yeux sur les articles au fond du carton, et pratique la libre circulation d’un caddie à l’autre… (le système Colruyt fonctionne sans tapis roulant, c’est le magazinier qui passe les produits d’un caddie à l’autre)

Comme dans toutes les grandes surfaces, et en général, dans de nombreux secteurs du monde du travail, des moyens de contrôle et de surveillance toujours plus importants sont déployés envers les employés…

Voilà qu’un jour, un faux client se glisse dans la file et constate que la lampe témoin (qui signale le bon scanning des marchandises) ne s’allume pas toujours lorsque les articles glissent dans le caddie…

L’étudiante se fait choper. Sa condamnation : interdite de taf dans la chaîne de supermarché et une amende de 75euros.

Au vu du nombre de produits sortis gratuitement, du peu d’intérêt que représente le travail de caissièr(e), et sans doute du nombre de clins d’yeux échangés, on pourrait vraiment se dire qu’à prendre un peu la liberté de court-circuiter autant que possible le monde marchand, il y a plus à gagner qu’à perdre…